Sélectionner une page
Benjamin Heim gerant arbo concept article rse la nouvelle république 20 ans entreprise piscine spa sauna paysage decoration blois saint gervais la foret vendome loir et cher 41

arbo concept en eaux prospères

Tel est le titre de l’article paru dans la Nouvelle République ce 29 mars 2023, rédigé par Claire NEILZ. Il revient sur l’histoire de Benjamin HEIM, gérant d’Arbo Concept, et l’histoire de son entreprise ainsi que des enjeux à venir pour le monde de la piscine.

arbo concept en eaux prospèresAsset 4

En vingt ans, l’entreprise Arbo Concept à Saint Gervais La Forêt s’est diversifiée. Partant d’une activité d’élagage, elle s’est ouverte au monde la piscine.

S’il devait se comparer à un arbre, il choisirait le chêne pour son ancrage dans la terre, sa solidité et sa robustesse. Benjamin Heim, président-directeur général de l’entreprise Arbo Concept qu’il a fondée il y a vingt ans, entretient un lien particulier avec la nature. Très jeune, il savait que son métier tournerait autour d’elle. Comme il savait qu’il serait son propre patron.

Sensible aux enjeux environnementaux

Il a tout mis en œuvre pour concrétiser ses rêves. Suite à un cursus dans l’aménagement paysager, Benjamin Heim s’est envolé pour le Québec pour se former en tant qu’Arboriste-grimpeur, l’équivalent d’élagueur en France.

A son retour en France, il s’équipe d’un broyeur de branches et d’une dessoucheuse. C’est le début de son aventure entrepreneuriale dans l’élagage-abattage d’arbres. Arbo Concept voit le jour en 2003 chez lui, à Cormeray. Les deux premières années, il travaille seul pour des particuliers. Puis des collectivités font appel à ses services. « J’ai alors commencé à embaucher du personnel spécialisé ». En 2008, il signe un contrat de trois ans avec ERDF pour l’entretien des arbres près des lignes électriques.

Une demande croissante

En 2010, Benjamin Heim est approché par Piscines Magiline. S’il décline la première fois, il accepte un an plus tard. « La première année, on a vendu deux piscines. » Très vite, l’activité progresse. Se pose alors la question de trouver un autre local. C’est à Saint Gervais La Forêt dans la zone des Perrières qu’il déniche un bâtiment de 250m² qu’il partage avec l’enseigne Florabsys.

Quelques années plus tard, l’enseigne, à l’étroit, rejoint un autre emplacement tout proche, en lieu et place d’un ancien restaurant chinois.

L’entreprise de 23 salariés dispose désormais de 450m² pour son showroom et ses bureaux, répondant à une demande croissante de piscines. « Avant notre déménagement, nous étions à un million d’euros de chiffre d’affaires. Aujourd’hui, nous sommes passés à 3,2 millions d’euros, dont 60% proviennent de l’activité piscines-spas, 25% de l’aménagement paysager et le reste de l’élagage. »

L’an passé, Arbo Concept a installé une trentaine de piscines et vendu plus de quarante-cinq spas. Dans son activité de pisciniste, 30% sont consacrés à la rénovation du parc déjà existant.

Écoresponsable

Sensibilisé aux problématiques environnementales, Benjamin Heim, 45 ans, planche sur ses projets de piscines en intégrant la question de la ressource en eau et de l’énergie.

« Je vais m’associer à la société Le Triangle Energie spécialisée dans le bâtiment photovoltaïque pour alimenter la pompe à chaleur ».

Dans le but aussi de réduire son empreinte carbone, Arbo Concept va couler prochainement SA PREMIÈRE PISCINE AVEC UN BÉTON ISSU DU RECYCLAGE ET SANS CLINKER (un constituant du ciment) fabriqué par une entreprise de Vendée. « Son utilisation revient un peu plus cher mais c’est le prix à payer pour être plus écoresponsable »

Claire NEILZ

Retrouvez l’article directement sur le site de la Nouvelle République.

Benjamin Heim gerant arbo concept article rse la nouvelle république 20 ans entreprise piscine spa sauna paysage decoration blois saint gervais la foret vendome loir et cher 41

Dans la continuité, pour découvrir l’ensemble de notre démarche RSE et nos innovations pour la piscine de demain,
cliquez sur le bouton ci-dessous !